Revenir au site

Nous pouvons réduire les émissions de carbone en offrant plus de choix en matière de transport, une urbaniste chevronnée insiste

· Autres blogueurs,General

Une étape clé pour sortir les citadin.e.s canadien.ne.s des voitures à émissions élevées est de se débarrasser de l'idée que les routes sont un habitat naturel pour les voitures seulement et de réaménager les rues de la ville pour donner aux citoyen.ne.s plus de choix de transport, affirme Jennifer Keesmaat, ancienne urbaniste en chef et candidate municipale de Toronto, dans un article du Globe and Mail.

« Nous avons conçu nos rues pour les voitures plutôt que pour les gens, et nous le payons de nos vies », écrit Keesmaat - à la fois par les émissions de gaz à effet de serre et par les collisions. Étant donné que 36 % des déplacements domicile-travail des Canadien.ne.s se font « à moins de cinq kilomètres - une distance facilement accessible à vélo », elle ajoute que « lorsqu'il s'agit des rues, les villes canadiennes vont dans la mauvaise direction ».

Rappelant les marcheurs du climat qui sont descendu.e.s dans la rue plus tôt cet automne au Canada et ailleurs dans le monde, Keesmaat dit que les rues elles-mêmes font partie de la crise : « des routes qui alimentent un système de transport qui contribue grandement aux changements climatiques. » Bien que la sagesse populaire indique que l'industrie est le principal responsable de la pollution par le carbone provenant des transports, elle affirme que 80 % des émissions d'échappement de Toronto proviennent des véhicules privés.

« Il n'y a pas de solution à court terme à la crise climatique qui ne repose pas sur le fait de sortir les gens de leur voiture pour leurs déplacements quotidiens », déclare-t-elle.

« Bien que de nombreuses personnes dans la région du Grand Toronto et de Hamilton vivent assez loin de leur lieu de travail pour avoir besoin du transport en commun, beaucoup d'autres préféreraient la liberté, la bonne santé et tout simplement le plaisir de conduire à deux roues, mais ne le font pas parce que cela « ne semble pas sécuritaire ou faisable », ajoute-t-elle. Et la double lutte pour réduire les émissions et soulager les embouteillages est aggravée par la question des scooters électriques et des vélos électriques. Les questions abondent sur la meilleure façon de déployer les machines en toute sécurité. Mais parce qu'ils sont beaucoup plus petits que les voitures, beaucoup plus sûrs pour les cyclistes et les piéton.ne.s et qu'ils produisent moins d'émissions, M. Keesmaat dit que les deux-roues électriques « pourraient bien être le crochet auquel nous pouvons accrocher l'avenir des transports ».

Déclarant « qu'il est insensé de coincer des choix de transport très efficaces (vélos et scooters électriques) dans les espaces restants tout en continuant à planifier des choix très inefficaces (voitures) comme colonne vertébrale de nos déplacements », elle ajoute que « la perte de productivité due au temps passé assis dans la circulation, associée au fardeau des émissions de carbone imposé sur notre santé et notre planète, font des [voitures standard] un très, très mauvais choix ».

Avec des vélos électriques nouvellement disponibles pour vaincre les collines, des vélos cargo pour transporter tout - des enfants à l'équipement de hockey (ou les deux) - et des tricycles de taille adulte pour donner de la stabilité aux cyclistes âgé.e.s ou handicapé.e.s, « nous sommes à court d'excuses », écrit Keesmaat. Mais jusqu'à présent, « nous avons adopté et maintenu une conception dysfonctionnelle pour la plupart de nos rues - une conception dangereuse, exclusive et ruineuse pour l'environnement. Compte tenu de l'évolution rapide du climat et de la congestion paralysante de nos villes, il est nécessaire de trouver des moyens d'offrir plus de choix aux gens. »

Bien « qu'il n'y ait rien de mauvais en soi à posséder une voiture, conclut-elle, de vrais problèmes surgissent lorsque nous concevons nos villes autour d'elles et imposons ainsi des choix aux gens. »

Cet article a été publié à l'origine sur The Energy Mix.

Vous êtes intéressé.e.s à savoir comment les municipalités canadiennes réduisent leurs émissions ? Voulez-vous participer ? Jetez un coup d'œil à la Ligue nationale du climat et joignez-vous à un groupe local ou démarrez un groupe local à Carrefourclimat.ca !

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK